Ces filles qui codent

Le PHP, ou les codes en informatique ont toujours été le domaine soi-disant des garçons. Depuis la prolifération de l’internet il y a déjà plus de 30 ans, si l’on puisse le dire ainsi, le monde de l’informatique est resté fermé aux filles. Mais actuellement de plus en plus de dames font preuve dans la discipline. Et des initiatives gouvernementales et non-gouvernementales s’activent pour faire virer la tendance.

L’image de la fille Geek

Malgré la pénurie de talents concernant les métiers de l’informatique maintenant et éventuellement pour les années à venir, les femmes ne sont que très peu à être actives dans le secteur. Elles ne représentent que 25% aux Etats-Unis et moins de 20% en France. Ce fait est principalement dû à la réticence des jeunes femmes vis-à-vis de l’idée reçue que l’informatique n’est pas pour elles. Elles souffrent du stéréotype du geek qui serait forcément un garçon.

En effet il semble que dans le psychisme féminin il est encore fortement ancrée l’idée que tout ce qui est scientifique ne lui est pas très accessible. Et encore, malgré le fait que certaines jeunes filles s’intéressent à l’informatique, la société agit en plafond de verre les remettant à leur « place » féminine.

Un goût régressant pour l’informatique et le PHP

Une étude menée aux Etats-Unis a relevé en ce sens que si 74% des jeunes filles au collège expriment un intérêt pour les sciences et la technologie, elles perdent leur enthousiasme lors de l’orientation au lycée. Celles qui poursuivent l’intérêt pour la filière se réduisent alors au taux de 20% vers les études supérieures.

Dans le milieu professionnel, le peu de femmes intégrées dans les secteurs technologiques se voient abandonner en milieu de carrière à cause de la discrimination du genre. Les femmes gagnent en moyenne 30% de moins que leurs homologues masculins.

Girls Who Code

Pour faire virer la tendance actuelle alors, des gouvernements, des organisations, des entreprises et des écoles élaborent des stratégies pour intégrer les jeunes filles. L’un de ces organismes, fondé par Reshma Saujani, « Girls Who Code » investit en permanence en promouvant l’accès des femmes à tous les domaines informatiques.

Avec actuellement environ 100.000 membres, l’organisme crée des partenariats avec les grandes sociétés de la technologie de l’information et travail un peu partout dans le monde. Le but déclaré par Girls Who Code est principalement la réduction de la disparité entre les sexes dans le domaine de la technologie ainsi que le changement de l’image qu’un programmeur doit se faire de lui-même.

DigiGirlz

DigiGirlz est une initiative mondiale lancée par Microsoft il y a plusieurs années, œuvrant également dans les pays du monde. Son ambition est de faire découvrir aux jeunes femmes issues des milieux populaires l’éducation et les métiers du numérique. L’initiative s’efforce de montrer aux jeunes filles que rien ne leur est impossible ou inaccessible. Ainsi des journées de sensibilisation et de formation sont organisées, se déroulant souvent au siège de Microsoft France, pour inviter des collégiennes.

Ces organismes tentent ainsi de diversifier les profils de talents dans le domaine du numérique en faisant découvrir les nombreuses et différentes opportunités offertes par le secteur de l’informatique et le PHP.

Author: Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *