Le RGPD : une bonne idée ?

RGPD

Avec les cas de piratage enregistrés ces derniers temps, le RGPD ou Règlement Général sur la Protection de Données a été conçu dans le cadre de l’Europe afin de sécuriser les données personnelles de chaque citoyen. Récemment opérationnels, les textes sont entrés en vigueur dans 28 pays membres de l’Union Européenne. Suscitant beaucoup d’espérance, mais également d’appréhension, le dispositif est-il vraiment incontournable ?

Le RGPD, en quoi consiste-t-il ?

Adopté auprès du Parlement européen en 2016, alors que quatre années éprouvantes faisaient l’objet de débats et négociations, ces textes qui ont pris la place de la directive sur la protection des données personnelles, celle de 1995, sont devenus applicables depuis le mois de mai 2018.

Les principes basiques de ce dispositif sont la sécurisation des données des individus dont les données sont manipulées, et également l’implication des personnes qui « traitent » ces données. Les prérogatives des autorités y afférentes sont ainsi accrues afin de mieux « redonner aux citoyens le contrôle de leurs données personnelles, tout en simplifiant l’environnement réglementaire des entreprises ».

Des clichés non prouvés

Quelques mois appliqué et déjà plusieurs avis sur ce dispositif qui gère désormais la protection des données personnelles. Appréhension et attentes s’entremêlent depuis qu’il a été adopté. Ainsi, sans connaître le fond des textes, beaucoup avancent déjà des hypothèses sur la crédibilité et l’efficacité du dispositif. Des clichés qui restent à prouver dans les jours à venir sont les principaux préjugés sur le dispositif.

« Serait-il une entrave au business ? » Telle est la première question puisque l’accès aux données serait réduit, peut-être pas selon les experts, car cela permettra de se focaliser sur les données essentielles. « Les cookies vont-ils disparaître ? » Pas vraiment car ce ne sont que les cookies non consentis qui en seront concernés. « Serait-il anti-GAFA ? » Plusieurs se demandent si le dispositif va compromettre les plateformes des géants du web, à savoir Google, Apple, Facebook et Amazon et les responsables disent que ce sera le contraire qui va se passer en optimisant la confiance des utilisateurs avec un tel dispositif. « Serait-il à titre juridique ? » Les concepteurs disent que les mesures ressortent avant tout de la responsabilité de ceux qui manipulent les données avant de faire l’objet d’approches juridiques.

L’appréhension des réseaux sociaux

Le RGPD n’a pas fait que des sympathisants. Plusieurs opérateurs dans le domaine de l’internet n’ont pas vraiment approuvé le nouveau dispositif. Ainsi, le réseau social qui enregistre le plus d’abonnés à savoir Facebook, par le biais de son grand patron Mark Zuckerberg, émet que le dispositif présenterait des avantages, seulement dans les pays …européens.

En effet, après le scandale de l’affaire Cambridge Analytica, Facebook était montré du doigt pour être à l’origine d’infiltrations dans quelques millions de comptes qui ont été utilisés à des fins électorales. Mais, comme Google, Mark Zuckerberg a jugé que le dispositif est intéressant mais inapproprié à la politique de son réseau avec ses termes à lui : « Nous sommes en train de finaliser les détails à ce sujet, mais tout cela devrait aller dans ce sens, c’est l’idée… Nous pensons que c’est une bonne opportunité à saisir pour le reste du monde. […] La grande majorité de ce qui reste à faire ici, ce sont des choses que nous avons déjà depuis des années d’ailleurs. »

Author: Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *